2

Lors du solstice d’été, plus particulièrement à partir de la fin du mois de mai jusque fin Juillet, se produit le phénomène des jours sans fin avec leurs « soleils de minuit ». Cette manifestation est due à la rotation de la Terre sur son axe, inclinant successivement ses pôles vers le soleil. Le soleil monte puis redescend vers minuit, pour se lever 3 heures plus tard. Il n’y a pas d’obscurité totale et le temps semble arrêté dans une boucle.
Au-delà de l’explication scientifique, ces jours sans fin m’ont interpellée sur l’idée d’un dérèglement des repères, comme si demain ne viendrait jamais.

Je suis donc partie en résidence d’artiste pendant un mois sur l’île de Sula en Norvège.
Lors du solstice j’ai pu photographier le soleil heure par heure durant 2 jours, pour en recueillir chacune des variations. J’ai ensuite retravaillé les clichés de manière à les assembler en arcanes sur une séquence de plus de 6 mètres de longueur. Ces arcanes ont ensuite été insolées sur des plaques photosensibles, afin de les imprimer en photogravure.

Ce procédé fait partie intégrante du projet puisque il entreprend, par l’insolation des motifs, d’imprimer la lumière par la lumière, celle-ci restant alors sujet et outil de l’élaboration de l’œuvre.

 

4

DSC_0001

DSC_0005

DSC_0123

Série de 42 photogravures présentées lors de l’exposition monographique Dansez, sinon nous sommes perdus, au Domaine Du Tournefou, à l’automne 2017.